↑ Revenir à Le Club

Nos Entraîneurs

Benjamin BADAULT, salarié du club, entraîneur Jeunes, Parabad et Adultes compétiteurs (groupes G1-G2-G3)

DEJEPS – Master STAPS

 

Coach Benjamin : « Je me suis toujours battu pour que les gens fassent du sport »

Il est l’un des piliers du BBC. À seulement 28 ans, Benjamin Badault est le deuxième salarié dans l’histoire club. Originaire « du soleil levant », Sète, « la Venise languedocienne, contrée de la Tielle et des joutes » comme il s’amuse à la qualifier, le jeune entraîneur a croisé la route du Blagnac Badminton Club en 2015. Aujourd’hui, il en est l’entraîneur principal mais pas que… Entretien avec ce futur papa plein d’ambitions.

 

Comment le badminton est entré dans ta vie ?

J’ai toujours fait beaucoup de sport. D’abord de la gymnastique, jusqu’à intégrer un sport étude en 6ème. J’ai vite arrêté car l’entrainement devenait trop intensif et ne me plaisait plus. Il fallait que je trouve autre chose… Un ami m’a invité à essayer le badminton, j’ai de suite accroché et m’y suis mis à partir de la 4ème. J’ai vite progressé pour atteindre le meilleur niveau régional chez les jeunes et participer aux championnats de France. J’ai également évolué plusieurs années en Nationale 3 avec le club de Sète, pour maintenant jouer (en tant que remplaçant) dans l’équipe 1 de Blagnac. Mon meilleur classement a été le 95 ème rang français en simple, 108 en double et 158 en mixte.

 

Pourquoi en avoir fait ton métier ?

Quand j’étais lycéen, j’encadrais le créneau minibad, ça m’a beaucoup plu. J’aime enseigner aux plus jeunes, voir leurs progrès, l’évolution dans leur jeu et lors des compétitions. Je savais que je voulais travailler dans le sport c’est pour ça que je me suis orienté en STAPS après le BAC. Mais je ne savais pas exactement vers quelle pratique professionnelle. J’en ai profité pour passer mon BEES1 en candidat libre pendant ma licence. J’ai continué à entrainer tout au long de mes études supérieures. Puis à mon retour du Danemark (pendant mon master 1), j’ai su ! Je voulais finir ce master puis m’investir à fond dans le bad.

 

Être entraineur… Que signifie ce terme et quelles sont les qualités nécessaires pour le devenir ?

Être entraineur c’est faire progresser les joueurs. Mettre à profit mes connaissances et mon expérience pour que les joueurs puissent améliorer leurs qualités badistiques. C’est aussi savoir être observateur et à l’écoute de chacun pour pouvoir individualiser les conseils (quand les conditions d’encadrements le permettent).

Il faut avant tout être patient ! Progresser ça prends du temps… Les sur-doués vont vite évoluer, mais en général c’est un métier chronophage qui nécessite du temps afin de pouvoir observer une évolution. Il faut également faire preuve de pédagogie pour transmettre les contenus aux joueurs, et les adapter le mieux possible. L’entraineur doit également être expert dans son domaine (ici le bad) pour transmettre ces bons contenus.

 

Tu es devenu salarié à temps plein, quel est ton rôle, tes missions à l’année ?

Mon premier rôle, dont on a déjà parlé ci-dessus, est l’encadrement. J’entraine tous les groupes jeunes (de 5 à 17ans) de débutants à compétiteurs, le groupe parabad, et les 3 groupes compétiteurs adultes.

Je suis aussi employé en tant que coordinateur sportif du club, afin de gérer des aspects différents des entrainements. Je m’occupe d’une partie administrative: gestion de l’école de jeunes (renseignements, lien avec la Mairie, inscriptions compétitions…), gestion des mails, et mise à jour du site du Blagnac Badminton Club.

De plus, je gère une partie que l’on appelle « développement », l’une de mes missions a été la création d’un dossier de sponsoring pour que les entreprise aient plus de lisibilité sur notre club. Avec le comité directeur, nous avons complètement renouvelé le projet du club pour les prochaines années. Je travaille donc aussi sur les dossiers de subventions. Enfin je suis en charge de l’organisation de certains évènements et compétitions pour le club.

 

Si tu devais te décrire en tant qu’entraîneur, comment te qualifierais-tu ?

Je suis assez calme et organisé. Je prépare au maximum mes séances, sur papier ou dans ma tête, pour pouvoir adapter au mieux le moment venu en fonction des joueurs présents et de leur niveau.

Je possède également des compétences dans la préparation physique, la prophylaxie, la préparation mentale ou encore la nutrition qui me permettent d’élargir mon spectre d’entrainements et de ne pas rester cantonné qu’au badminton.

 

Quelle est ton ambition au sein de ce club ?

Je veux que le club avance et grandisse ! Pour cela, l’une de mes premières missions était de réécrire un projet de club. Nous sommes en train de le finaliser et je ne peux pas en dire plus pour l’instant…

 

Tu es toujours joueur. Comment concilier ton travail et ta passion ?

C’’est presque impossible car j’encadre les créneaux sur lesquels je devrais jouer. Je me contente seulement du jeu libre. J’arrive parfois à m’entrainer le midi quand je trouve le temps et des partenaires qui m’accompagnent. Je fais moins de badminton mais je compense cette baisse de pratique par du travail physique (musculation, HIIT, yoga…). J’aimerais pouvoir mieux adapter mes créneaux d’entrainements pour refaire plus de badminton.

 

As-tu une ligne de conduite/ leitmotiv dans la vie et une personne qui t’inspire ?

À part Aya Nakamura et la grosse moula je ne vois pas (rires).

Sinon plus sérieusement pas vraiment. Je me suis toujours battu pour que les gens fassent du sport. Trop de personnes sont inactives ou n’en font que très rarement. Cette faible ou non-activité physique associée à une mauvaise hygiène de vie (cigarette, alcool, nutrition, sommeil) engendrent beaucoup de maladies.

Je n’ai pas d’idoles définis mais je reste admiratif devant tous les sportifs de haut-niveau, par leurs sacrifices, leur motivation et le talent nécessaire pour en arriver là. On peut notamment citer Victor Axelsen, Lee Chong Wei, Lin Dan, la paire Gideon / Sukamaljo, Roger Federer, Teddy Riner, Martin Fourcade et la liste est encore longue.

 

Propos recueillis par Anne Aguer.

 

 

FFBAD : Fédération Française de Badminton

BEES : Brevet d’Etat d’Educateur Sportif

DEJEPS : Diplôme d’Etat de la Jeunesse, de l’éducation  Populaire et du Sport


Anthony Peyro, en service civique pour le club, entraineur pour les groupes jeunes et pour les adultes (G4-G5).

1- Peux-tu te présenter ? 

Je m’appelle Anthony Peyro, j’ai 22ans. Je suis né à Toulouse et j’y ai fait toute ma scolarité. Actuellement je fais mes études supérieures à l’université Paul Sabatier en troisième année des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS). Et j’envisage par la suite de passer les diplômes nécessaire pour pouvoir entraîner en badminton, comme le DE.

2- Quel est ton parcours badistique ? 

J’ai commencé le badminton en sixième avec l’UNSS. J’y ai alors très rapidement pris goût. Deux ans plus tard en quatrième je me suis lancé dans les choses sérieuses, en prenant la décision de m’inscrire dans un club. J’ai donc choisi le VCT, un club proche de chez moi, pendant mes huit premières années de badminton. Par la suite soucieux de faire évoluer mon jeu et voulant changer d’air, j’ai pris la décision de changer de club passant du VCT au BBC, ou j’y suis depuis plus d’un an.

3- Pourquoi avoir choisi ce sport ? 

J’ai choisi ce sport car c’est un excellent moyen pour moi de me canaliser, tant sur le plan physique que sur le plan psychologique. J’aime aussi l’aspect technico-tactique très développé de ce sport et les relations humaines qu’il apporte. Quand on fait du badminton on en apprend tous les jours et j’adore ça !

4- Tu fais un service civique pour le club, peux-tu nous expliquer ce que c’est ? 

Le service civique est un engagement volontaire au service de l’intérêt général. Le club de Blagnac en pleine croissance avait besoin d’un encadrant supplémentaire. C’est pourquoi j’ai répondu présent. C’est pour moi une opportunité de rendre service à l’association en aidant Benjamin Badault, mon tuteur et entraineur salarié du club, sur une partie des entraînements et des tâches administratives. Aussi c’est une chance que de faire ce service civique dans le domaine qui me passionne, le sport et tout particulièrement le badminton.

5 – Plus précisément, quelles sont tes missions pour le club ? 

Mes missions pour le club sont :

  • Aider Benjamin sur les créneaux d’entraînements jeunes et adultes
  • Organiser des stages jeunes et adultes
  • Quelques tâches administratives diverses et variées (gestion boite mail, vente volants et cordages, communication, demande subventions, etc…). Aider le club à l’organisation des tournois
  • Coacher les jeunes sur les CDJ et CRJ

6 -Ton profil en tant qu’encadrant, comment te décrirais-tu ?

Toujours de bonne humeur et volontaire, je m’efforce d’être le plus proche et le plus à l’écoute possible des sportifs, pour pouvoir m’adapter à toutes les situations.

7 -As-tu une ligne de conduite/ leitmotiv dans la vie ? Pourquoi? 

« Mens sana in corpore sano » est une citation extraite de la dixième Satire de Juvénal. Elle peut être traduite par avoir « un esprit sain dans un corps sain. » J’adore cette citation, car si il y a bien une chose d’inestimable dans la vie c’est bien notre santé et celle de nos proche, surtout en ces temps compliqués.

 

 


Les entraîneurs bénévoles des adultes (groupes G4-G5)

Arnold MATET,

Romain VABRE,

Julien KALFON,

Luc-Patrick BRETIN

Baptiste LOPEZ

Didier LOUGE

Paul BONNIN

 

———————————————————————————————————————————————————–

 

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com